Forces avenir

Lauréats 2016

C’est avec fierté que nous soulignons les prix remportés par quatre finalistes de l'Université de Montréal lors du Gala Forces Avenir 2016 :



Emmanuelle Poirier St-Georges

Une étudiante engagée à devenir un exemple de persévérance et une source de motivation pour les personnes éprouvées par la vie.

Emmanuelle Poirier St-Georges n’avait que 15 ans lorsqu’elle a reçu un diagnostic d’ataxie de Friedreich, une maladie neuromusculaire dégénérative. Confinée à un fauteuil roulant deux ans après, elle s’est alors dit qu’elle se distinguerait intellectuellement si elle ne pouvait le faire physiquement. Forte d’un baccalauréat en biologie et d’une maîtrise en génétique, la femme de 32 ans est maintenant étudiante en littératures de langue française à l’Université de Montréal et affiche plus que jamais une attitude de battante. Conférencière auprès de jeunes du secondaire, elle a aussi réalisé l’ascension du Machu Picchu à l’été 2015 afin d’amasser des fonds pour Ataxie Canada, dont elle est l’une des porte-paroles. Il y a deux ans, Emmanuelle a publié son autobiographie intitulée Une histoire (de taxi) d’ataxie ou la dernière illusion qui, elle l’espère, servira de source d’inspiration pour de nombreuses personnes.

Pénélope Langlais-Oligny

Une étudiante engagée à poursuivre des idéaux d’égalité, de solidarité et de partage dans tout ce qu’elle entreprend.

Après son passage au collégial, période où elle a développé un profond intérêt pour la culture et l’engagement social, Pénélope Langlais-Oligny a choisi l’Université de Montréal pour y entreprendre une formation en littératures de langue française. Concrétisant ses idéaux d’égalité, de solidarité et de partage, elle en a profité pour animer des cercles de lecture, créer et offrir des ateliers de théâtre pour les enfants dans les bibliothèques de Côte-des-Neiges et de Parc-Extension, se joindre à Santropol, un organisme de sécurité alimentaire et d’agriculture urbaine, livrer des repas pour une popote roulante et cogérer un collectif de cueillette de fruits urbains. Tout cela, elle l’a réalisé en parallèle avec une session d’études en France et un été passé au Guatemala pour perfectionner son espagnol et mettre sur pied un projet d’alphabétisation et de théâtre social.

Marc-Olivier Schüle

Un étudiant engagé à améliorer la diffusion de l’information dans les sciences psychosociales.

Suisse d’origine, Marc-Olivier Schüle n’avait que 18 ans quand il a décidé de se rendre à Madagascar pour faire du travail humanitaire. Il y est resté deux ans avant de choisir le Québec, où il a voulu améliorer ses compétences d’intervenant social. Fort de deux baccalauréats, en psychologie et en psychoéducation, il a ensuite réalisé une maîtrise en psychoéducation et est maintenant étudiant au doctorat dans la même discipline à l’Université de Montréal. Tout en long de ce parcours, il est demeuré actif auprès des jeunes, et c’est ce qui lui a permis de constater le fossé existant entre le travail de terrain et la recherche. Cela l’a amené à concevoir le projet Unisped, un portail Web établissant un lien entre le savoir et les applications. Marc-Olivier a aussi participé à la création de deux entreprises sociales, dont une maison d’édition qui se spécialise dans les outils de transfert des connaissances scientifiques.

Art+Bioéthique

Des étudiants engagés à sortir des murs de l’université l’art et la recherche afin de stimuler les débats publics sur de nombreux sujets sociaux.

Créer un carrefour entre l’art, la recherche et le public afin de sensibiliser, d’apprendre et de stimuler des débats publics sur des enjeux sociaux liés à la santé et au bien-être des individus. Voilà à quoi se sont dévoués six étudiants chercheurs en bioéthique et six autres en arts de l’Université de Montréal par la mise sur pied du projet Art+Bioéthique. Et c’est à travers une exposition artistique, la publication d’un numéro spécial dans une revue scientifique et une série d’activités de médiation culturelle et scientifique pour adultes et enfants, que les initiateurs du projet ont atteint leur objectif de décloisonner l’art et la recherche de son cadre académique. Plus d’un millier de personnes, issus de différents horizons, ont ainsi pu développer une réflexion éthique sur des sujets aussi diversifiés que l’inclusion sociale des personnes handicapées, la nanomédecine et le statut juridique des animaux.AVENIR arts, lettres et culture.


Revivez la soirée du Gala en images

Forces AVENIR 2016

Vous désirez vous aussi tenter votre chance?

Vous avez à cœur l’environnement, la justice, l’éducation, les affaires, la santé?

Contactez-nous pour plus de détails, il nous fera plaisir de vous renseigner ou
de vous guider dans la préparation de votre dossier de candidature.